Opportunités inattendues

Le début de confinement a permis l’émergence rapide de solutions originales pour maintenir les liens sociaux, tout en révélant les graves insuffisances de produits chers et leaders du marché.

Lundi 16 mars. Installées dans la résidence dans laquelle elles se sont confinées, les familles doivent organiser la scolarité désormais en ligne des enfants. Les professeurs d’école, de collège et de lycées doivent s’approprier les canaux numériques pour accomplir leur mission pédagogique auprès des enfants.

Premiers en ligne, les solutions de relations entre établissement, professeurs et familles. Dans l’enseignement privé, Ecole Directe est la solution dominante. Elle s’est écroulée dès le premier jour, comme l’indique le graphique issu du site totalbug.com, avec plus de 1500 signalements en un jour.

La communauté éducative réagit immédiatement. Dans les écoles, les professeurs transmettent les travaux directement aux parents, par le bon vieux courrier électronique. Eventuellement une « maman déléguée » prend le relai pour transmettre aux parents les instructions et recevoir les réponses. Ce n’est pas optimal, mais c’est efficace.

Côté lycée, des professeurs ont anticipé la carence des solutions d’ERP scolaire. Un produit se révèle: discord. Qui, avant le 16 mars, savait que discord répondait aux besoins de l’enseignement en ligne ? La promesse de la solution, c’est « Une nouvelle façon de discuter avec tes communautés et tes amis. » J’ai compris que la plate-forme a été conçue pour les accrocs des jeux en ligne puissent discuter entre eux des « soluces » et partagent en directe leurs émotions. Il s’agit donc d’une solution interactive particulièrement ergonomique et redoutablement efficace. Il faut croire que certains profs de lycée sont aussi amateurs de jeux en ligne. La solution s’impose comme une traînée de poudre dans les salles virtuelles. Car les profs geeks et prévoyants non seulement font adhérer leurs élèves, mais convainquent leurs collègues d’en faire autant. Ouf, le budget conséquent d’Ecole Direct ne sera pas écorné par les charges nécessaires à son augmentation de capacités. En deux jours il est oublié par les professeurs et leurs élèves.

Discord n’est toutefois pas la panacée. Le logiciel client « bureau » de la version Windows est un peu fragile. Malgré la bonne qualité du portable de mon fils et de notre réseau, j’ai dû nettoyer les registres et les répertoires de son ordinateur relatifs à Discord. Celui-ci s’était mal installé et ne voulait ni se « désinstaller », ni « réparer » son installation.

L’on voit que les parents confinés ont eux aussi fait des progrès. Mais c’est une autre histoire.